MANIFESTE POUR REFAIRE DU LITTORAL ET DE LA CITE D’AGDE UN BIEN COMMUN.

La première AGORA du littoral intitulée ‘’ entre urbanisation et caba nisation ; refaire du littoral un bien commun ‘’ organisée par le mouvement REFONDATION avec la participation D’EVOLUTION CITOYENNE a réuni le 15 JUIN à AGDE  des responsables d’associations défense de l’environnement, des élus, des responsables d’entreprises et de nombreux citoyens mobilisés autour des enjeux environnementaux et socio économiques  du littoral.

La diversité des participants venus d’horizons politiques différents a contribuée à la densité et à la qualité des débats et a  fait émerger au-delà des différences  une volonté de se rassembler autour d’une cause commune ; comment préserver le littoral non seulement de l’érosion mais de sa marchandisation ?

La journée a débuter par un moment de convivialité autour d’un buffet champêtre ou chacun a pu découvrir des spécialités artisanales et locales. Ce moment de partage a permis de briser la glace, ce qui allait permettre aux citoyens de pouvoir se sentir à l’aise avant l’ouverture du débat.

L’ETAT DES LIEUX ; UN LITTORAL A LA DERIVE ….

La villa du MÖLE située en front de mer sur l’un des plus beaux sites du littoral faisait partie du patrimoine AGATHOIS et offrait  une vue magnifique sur SETE vient d’être détruite et remplacée par un ‘’blockhaus ‘’ de luxe de 11 mètres de haut sans que la Mairie ni le Conservatoire du littoral ne fassent usage de leur droit de préemption  avec l’avis favorable des Bâtiments de France et de la DDTM !

« Selon que vous soyez puissants où misérables »

Et ‘’ en même temps ‘’Les 2000 ‘’ cabaniers ‘’  de la côte ouest de VIAS  dont certains sont présents depuis plus de 60 ans qui se sont auto organisés pour cogérer l’eau potable et protéger l’environnement n’ont plus le droit aujourd’hui d’entretenir les enrochements de protection face à l’érosion ni de mettre des brise lames comme sur la côte est de VIAS et AGDE car cette zone est toujours classée zone naturelle !

Quant à La nappe astienne toujours plus fragilisée par l’urbanisation sans limite plus grand monde ne semble s’en préoccuper.

Cet état des lieux valide un scénario de la DREAL qui dans son étude prospective : quel littoral pour le LANGUEDOC ROUSSILLON 20010 2050 ? Pronostiquait que ‘’ l’Etat et les collectivités locales sont affaiblis par la multiplication des lois et des décrets. Cette complexité croissante profite aux lobbies. Les grands groupes rachètent le littoral pour le sécuriser et y construisent des quartiers ‘’dernier cri ‘’ accentuant davantage la hausse du foncier et les clivages sociaux ‘’.

Ainsi la majorité des AGATHOIS attendent toujours ‘’ le ruissellement ‘’ da la manne financière du tourisme comme les Touaregs du désert attendent la pluie !  les saisonniers dorment dans leur voiture aux portes du nouvel eldorado CAP AGATHOIS, et les sunlights du Casino ne parviennent pas à faire revivre le cœur d’une cité riche de 2500 ans d’histoire.

REFONDER UNE CITOYENNETÉ EXIGEANTE POUR RECONQUÉRIR LES BIENS COMMUNS DE NOTRE PATRIMOINE TERRITORIAL.

Cette situation, n’est pas une fatalité mais la conséquence d’une succession de dysfonctionnements du mille feuilles administratif (’exemple de l’absence de gouvernance  du schéma de cohérence territoriale)  et de choix politiques  locaux. Aujourd’hui l’Etat et les pratiques   politiques clientélistes  de certaines  collectivités locales  ne sont plus les garants de l’intérêt général mais le plus souvent au service des intérêts particuliers financés par l’argent public.

Dans ce contexte  s’opposer à la privatisation et à la marchandisation sans limite des ressources naturelles , culturelles et humaines qui constituent les biens communs de notre patrimoine territorial est un acte citoyen .Il s’exprime déjà   dans les différents mouvements associatifs mais de façons segmentées et donc sans réel pouvoir sur les projets et décisions politiques. Aussi pour reprendre un véritable pouvoir d’agir sur la protection des biens communs et  l’intérêt général, l’engagement citoyen devrait aussi se traduire dans le champ politique dans la cadre d’une démocratie locale réellement participative.

 » La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement un bulletin dans l’urne, à déléguer ses pouvoirs puis à se taire pendant 5 ans. Elle est action continuelle  du citoyen et requiert à ce titre sa présence vigilante  » (P Mendès France 1962)
 

DES PAROLES AUX ACTES  !

Dans cette perspective la plateforme citoyenne AGDE EN COMMUN se mobilise dès cet ETE et  organisera a  la rentrée des Assemblées Citoyennes pour contribuer à l’élaboration d’un projet municipal novateur et ainsi pouvoir  changer d’ère …

THIERRY GAUBERT Délégué Régional REFONDATION OCCITANIE

1 commentaire pour “MANIFESTE POUR REFAIRE DU LITTORAL ET DE LA CITE D’AGDE UN BIEN COMMUN.”

  1. bonjour,
    j’ai passé 2 semaines à cap d’agde cet été.
    J’en retiens les elements suivants:
    -la residence de 11 appartements en front de mer est une honte. jamais vu ca.
    – j’ai lu que le maire veut faire monter en gamme la station à l’image de saint tropez. Je ne vois pas comment il va faire tant que les medias TV (enquete d’actions etc…) continueront à diffuser en boucle que le cap d’agde = la baie des cochons, echangisme, sexe. pas sure que ce soit qui va attirer la jet set.
    – Mon sejour etait sur Aout et j’ai pu constater pas mal de groupes venant certainement des banlieues de beziers et ailleurs, avec son lot d’incivilité et de bombage de torses. pas sur que cà egalement, attirent les gros porte monnaies ou meme tout simplement les familles avec enfants.
    -en soit la montée en gamme des logements seraient pas un mal car aujourd’hui il ya beaucoup de logements « vieux » dispo à la location mais à des niveaux de loyers faible. Cela attire donc la classe moyenne inferieur avec un pouvoir d’achat limité. Pas sur que ce soit cette classe là qui va depenser sans compter au resto ou dans les boutiques.
    Dommage quand on voit la quantité de loisirs et activités offertes au cap d’agde.
    cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *