écologie : ils peuvent mieux faire !

Gilles D’Ettore a-t-il la fibre écolo ?
C’est pourtant ce qu’il a affirmé haut et fort lors de la dernière séance de conseil
municipal pour le petit bois de l’île des loisirs, c’est définitif, il n’y aura pas de constructions et ce petit bois sera reclassé les arbres : il en a replantés plus qu’il n’en a abattus ! Les voies douces : 45 km au lieu de 12 à l’issue de ce 3 ème mandat

Ces déclarations suffisent-elles à démontrer qu’il est écolo ? Rien de moins certain
et on ne peut que regretter, dans ce domaine comme dans d’autres, une politique du coup par coup au gré d’intérêts parfois autres que celui d’un développement durable efficace.

A ce sujet, l’article de l’association « Agathe » paru le 26/09 dans « l’indécapant » sur le projet de chantier naval au Grau d’Agde est assez édifiant.
Jamais le projet de l’île des loisirs n’aurait dû voir le jour. De la même façon, envisager
une restructuration du centre ville et de la promenade en abattant les platanes existants (alors que seuls les platanes du bas de la promenade sont malades) et en creusant un
parking en plein centre ville est une aberration au vu du bilan carbone.
Etre écologique, ce n’est pas systématiquement sacrifier l’écologie dès qu’un dossier la
met en jeu – ici le manque dramatique de parkings en centre ville – tout en affirmant se
soucier de l’environnement. Etre écologique, c’est au contraire trouver en permanence
les solutions compatibles avec le respect de l’environnement.
Autres constatations sur des allégations entendues :

l’arrosage du golf par des eaux recyclées : contrairement aux affirmations de M.
D’Ettore, cela se fait depuis 2006 à Sainte Maxime de même que l’arrosage des
espaces verts. Le précurseur en la matière, ce n’est pas lui, mais il n’est pas à une
approximation près pour récupérer le travail écologique des autres..

Des mouillages écologiques : depuis 2004, 16 mouillages permanents ont été
installés par la métropole Toulon Provence Méditerranée. Il en existe à ce jour 45.
Devenir écologique le temps d’une campagne ne trompe personne. Mais pour assurer le
développement durable et agir en faveur de l’environnement il faut un investissement
et une réflexion de tous les instants et pas simplement un saupoudrage de mesures au
gré des effets de mode. Il s’agit également d’être véritablement précurseur dans bien des
domaines et de façon volontariste, constante et concertée.
C’est ainsi qu’agir pour le futur dans le domaine de l’écologie et de la préservation des
ressources naturelles demande un préalable qui est l’établissement d’un bilan « gaz à
effet de serre » (GES), communément appelé « bilan carbone », même si ce bilan n’est
obligatoire que pour les communes de +50 000h. Comment en effet mener des actions
efficaces sans la réalisation d’un tel bilan ? Agde en commun demande à ce que les
résultats de ce bilan, s’il a été réalisé pour la Ville, soient portés à la connaissance des
Agathois.

Les collectivités jouent un rôle déterminant dans la mise en place d’actions de réduction
des émissions de GES que ce soit par des décisions concernant leur patrimoine
(bâtiments, flotte de véhicules…), l’exercice de leurs compétences ou de celles de la
communauté d’agglomération (gestion des déchets, transports, habitat…)
La transition énergétique demande la prise en compte d’aspects liés à
l’environnement mais également d’aspects sociaux (précarité énergétique) ou liés à
l’emploi (développement des emplois pérennes et non délocalisables).
Un certain nombre de mesures concrètes doivent dès à présent être mises en œuvre
dans le cadre d’un plan d’actions réfléchi et après concertation tant ces actions
impliqueront des changements profonds dans la société (modes de consommation,
sources d’énergie, activités…).
Nous « Agde en commun soutenons le « pacte pour la transition » élaboré, après une
large consultation, par une cinquantaine d’organisations engagées dans la transition
écologique et citoyenne. 32 mesures sont proposées parmi lesquelles :

  • L’appui à la structuration de filières paysannes, bio et locales, rémunératrices
    pour les agriculteurs et agricultrices.
  • La protection de la ressource en eau tout en garantissant un accès pour tous à
    ce bien commun. Veiller par exemple au respect de la réglementation sur les
    forages des particuliers s’avère indispensable pour préserver la nappe
    phréatique.
  • L’arrêt des projets qui augmentent les émissions de gaz à effet de serre
  • La mise en place d’une tarification incitative pour le tri et la réduction des
    déchets
  • Une politique de l’emploi tournée vers la transition écologique et à dimension
    sociale.
  • La sensibilisation et la formation à la transition écologique dès l’école pour les
    plus jeunes afin d’en faire des citoyens éco-responsables. L’action de la
    municipalité doit se faire en concertation avec les enseignants. Nous
    soutiendrons tous les projets allant dans ce sens, d’abord à l’école, puis au
    collège et au lycée.
    Fidèles à nos engagements, toutes ou partie de ces mesures ne pourront être mises en
    œuvre qu’après accord des citoyens. La transition écologique n’est pas une démarche
    facile et certaines mesures peuvent sembler contraignantes. l’adhésion de la plus grande
    partie des Agathois sera indispensable pour mener à bien une telle politique sur le long
    terme.
    Il est regrettable que jusqu’à présent, nous soyons les seuls à intégrer la dimension
    écologique au cœur de notre projet politique. « Notre maison brûle » et nous tentons,
    sur Agde et à notre niveau, de ne pas regarder ailleurs.
    Vraiment, ils peuvent mieux faire.
    N’hésitez pas à nous faire part de vos avis, suggestions, questionnements sur
    notre site facebook (en commentaires ou en message privé) ou sur notre site
    internet www.agde-encommun.fr. (rubrique contact). Par ailleurs vous pouvez
    aussi vous exprimer du 1 er octobre au 17 novembre, sur notre plateforme en
    participant à la consultation citoyenne mise en place

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *