Consultation ou autoritarisme : à vous de choisir !

Je consulte, Il consulte, Nous consultons…Depuis le mouvement des gilets
jaunes et la Grande Consultation Citoyenne du Président, c’est devenu très
« tendance » d’afficher la volonté de prendre en compte l’avis des citoyens.
S’agit-il du réveil soudain, mais n’en doutons pas sincère, de candidats qui, à
Agde comme partout en France ne sont jamais allés à la rencontre de ceux qui
montraient leur détresse sur les ronds points ? Ou s’agit-il plus probablement
d’une chasse aux voix en surfant sur un effet de mode ?
Le mouvement « Refondation », à l’origine comme d’autres de la plateforme
« Agde en commun », n’a pas attendu novembre 2018 pour affirmer la nécessité
de nouveaux modes de gouvernance avec des citoyens impliqués dans la vie
politique à tous les échelons.
Les expériences de démocratie participative qui se sont multipliées en Europe
(Barcelone, Irlande…) ou en France (Saillans dans la Drôme, Nantes, Metz…)
démontrent que cela peut fonctionner sans pour autant entrainer le chaos.
De quoi s’agit-il exactement ?
Gilles D’Ettore a institué des comités de quartier dodnt le fonctionnement est très
discutable. Ainsi, comme chacun peut le voir à la lecture instructive des comptes
rendus, ils donnent un aperçu de ce que ne doit pas être une véritable
démocratie participative : une suite de réunions pilotées par des
représentants du maire, sur des sujets très basiques, sans aucun pouvoir de
décision ni réel pouvoir de proposition laissés aux habitants.
De même, les réunions d’information qui se sont déroulées tout au long de la
mandature pour expliquer les projets à venir, ou rendre compte des réalisations,
n’ont été qu’une suite de « grands messes » ou seul le premier élu de la
commune avait droit à la parole, sans aucune possibilité de débats
contradictoires donnée au citoyen comme à l’opposition.
La véritable démocratie participative sous ses formes diverses, c’est la volonté
de renforcer la participation du citoyen, même non élu à la prise de
décision.
A l’heure de la désaffection des urnes, c’est pour « Agde en commun » un enjeu
majeur de ces prochaines élections.
En effet, la mise en place d’une véritable démocratie participative, quelle qu’en
soit la forme, nécessite la volonté de remettre en cause le monopole
décisionnel de l’élu ! En dehors « d’Agde en commun » Qui prend ici des
engagements forts ? Personne n’est vraiment prêt à s’engager sur une
démocratie participative véritable.
Quels en sont alors les outils?
Pétitions, consultations, référendums, votations à l’image de la Suisse, débats,
référendum d’initiative citoyenne, forums ouverts… les formes que peut
prendre la démocratie participative sont multiples. A vous citoyens
agathois d’exprimer vos attentes et de donner votre avis sur le sujet. N’hésitez
pas à venir sur notre site internet pour participer à la consultation citoyenne dès
le 1 er octobre.

En tout état de cause, Il est vital pour la démocratie de repenser les modes de
participation du citoyen dès l’échelon communal.
La mise en place d’une démocratie participative nécessite, pour mener la
démarche à son terme de définir des budgets participatifs . Ces budgets sont
nés à Porto Alegre au Brésil en 1989 puis se sont progressivement étendus dans
d’autres villes comme Lisbonne, Angers, Bordeaux, Mérignac…
Avec un budget participatif, l’argent alloué par la Mairie donne aux citoyens
non élus le pouvoir de proposer puis de faire réaliser par la municipalité
un projet pour la ville que ce soit dans le domaine des espaces verts, de la
biodiversité, des espaces publics partagés….
Quelle partie du budget faut-il réserver à ces projets? Quelles procédures faudra-
t-il mettre en place pour choisir les projets ?
C’est à vous Agathois d’exprimer vos souhaits.
« Agde en commun » a la volonté d’associer pleinement les Agathois au
choix puis à la réalisation des futurs projets structurants pour notre
ville.
Certains d’entre vous penseront sans doute que ce ne sont que des promesses
de campagne, il y en a tellement eu par le passé. Sachez simplement que le
mouvement d’Alexandre Larrey, « sentinelle citoyenne » sera le garant de la
volonté « d’Agde en commun » de donner régulièrement la parole aux Agathois,
de prendre en compte leurs avis, leurs souhaits, leurs critiques et de participer à
la réalisation de projets issus de la volonté citoyenne, au service de l’intérêt
général. Ceux qui connaissent l’homme et le mouvement qu’il représente savent
son intégrité, et qu’il use librement de sa parole. C’est pour nous un atout.
N’hésitez pas à nous faire part de vos avis, suggestions, questionnements sur
notre site facebook (en commentaires ou en message privé) ou sur notre site
internet www.agde-encommun.fr. (rubrique contact).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *